Aprilia RSi 125 injection, le contexte : DiTech, ECS [part. 2]

le 4 mars 2009 à 00h09 par Loic Vigouroux dans Mécanique Moto

8 commentaires

Aprilia SR 50 DiTech

Suite aux commentaires publiés sur la première partie de notre reportage consacré au projet d’adaptation d’un système d’injection indirecte sur une Aprilia RS 125, revenons sur la technologie employée par Aprilia sur ces moteurs 2-temps actuels, afin de bien comprendre l’intérêt du système développé par Daniel. Injection directe DiTech et carburation pilotée ECS n’auront plus de secret pour vous !

Cet article fait directement suite à Aprilia RSi 125 : l’injection deux-temps en vidéo ! [part. 1].

DiTech : l’injection directe 2-temps de référence

Synerject Orbital Aprilia DiTech Peugeot TSDI PureJet

Contrairement aux systèmes d’injection indirecte largement répandus chez les moteurs 4-temps – et que Daniel adapte avec succès sur son Aprilia RSi – il s’agit ici d’installer un dispositif d’injection d’essence directement dans la culasse, afin de s’assurer que le moteur reçoit précisément la quantité de carburant dont il a besoin. Ceci en évitant de mêler air et essence en amont du carter, et donc de réaliser un mélange grossier sujet à bien des contraintes avant d’arriver dans le cylindre – notamment en passant dans le carter.

Par ailleurs, cette technologie présente un grand avantage pour les moteurs 2-temps si l’on considère que la phase de balayage – où les gaz d’admission viennent « pousser » les gaz brûlés vers la sortie – est réalisée seulement avec de l’air et un peu d’huile ; supprimant une source majeure de pollution des 2-temps : le passage d’un peu de carburant frais dans l’échappement (afin de s’assurer de la disparition totale des gaz brûlés précédemment) où il sera mal brûlé et donc nuisant.

Sa simplicité de réalisation est particulièrement bienvenue : un compresseur est relié au vilebrequin et fourni de petites quantités d’air (via 3 sur le schéma ci-dessous) à une chambre de pré-mélange (B) dans laquelle prend place l’injecteur (A). Le mélange réalisé ici, très riche, est pulvérisé au moment opportun vers la chambre de combustion (C), en passant devant la bougie qui provoque sa combustion et sa propagation dans l’air d’admission par effet torche – on parle alors de charge stratifiée. Pas forcément évident à imaginer, mais matériellement assez simple à réaliser et donc relativement peu coûteux.

Synerject Orbital Aprilia DiTech Peugeot TSDI PureJet

Les chiffres lancés à l’époque sont impressionnants : 2 litres d’essence consommés aux 100 km selon le cycle européen ECE47, qui simule la consommation du véhicule en agglomération (- 40%), – 60 % d’huile utilisée grâce à l’absence d’essence dans le mélange, et surtout 80 % d’émissions polluantes en moins permettant de passer les normes euro 1 puis 2 sans utiliser de catalyseur, contrairement aux collègues 4-temps. Le succès est tel que divers constructeurs reprendront le concept, développé avec Synerject Orbital (Peugeot TSDI, Gilera PureJet, …).

Dès lors, on peut se demander pourquoi le concept n’a pas été transposé vers les cylindrées supérieures. Les projets de scooter Peugeot Ludix 125 TSDI et Aprilia Lenardo SR 500 DiTech (ci-dessous) n’ont pas fait long feu et du propre aveu d’Aprilia, les recherches menées pour adapter cette technologie sur la RS 250 n’ont pas abouti.

aprilia leonardo sr 500 ditech

La faute aux contraintes extrêmes imposées à l’injecteur, qui doit être capable de diffuser suffisamment d’essence pour remplir convenablement la chambre de combustion, et ce dans un temps très court. Il semblerait qu’il soit extrêmement difficile de monter en régime et / ou en cylindrée avec ce système.

Toutefois, le scooter Kymco KDI 100 X-Mode, un 100 cm3 utilisant lui aussi un dérivé de la technologie Orbital, roule depuis plusieurs années en Asie et s’est même offer le luxe d’être élu en 2008 scooter le plus écologique parmi 85 autres scooters 2 et 4-temps en compétition par l’Agence de Protection de l’Environnement de Taiwan (http://www.motoservices.com/actualite-moto/spip.php?breve22098). Sacré rouste pour les idées reçues véhiculées par certains piliers de comptoir.

Dell’Orto ECS : le carburateur piloté électroniquement

Il s’agit de la technologie employée par Aprilia et Cagiva pour homologuer leurs 125cc à moteur 2-temps aux dernières normes euro 3 sans avoir à trop faire chauffer leur département R&D. Partant d’une base de carburateur mécanique standard, les ingénieurs de Dell’Orto ont su réaliser quelque chose d’assez proche d’un système à injection indirecte, tout en limitant les coûts pour les constructeurs.

Il s’agit en fait d’agir sur la quantité d’air et d’huile accompagnant le flux d’essence, lui-même géré « à l’ancienne », mécaniquement. Pour ce faire, le système utilise une pompe à huile électrique ainsi qu’une soupape d’admission d’air secondaire. Il détermine leur ouverture en fonction d’informations recueillies par des capteurs d’ouverture de la poignée des gaz, de vitesse, de régime moteur et de température extérieure et moteur.

Ainsi, avec un débit d’huile et une richesse du mélange géré au mieux, les motorisations 2-temps même très performantes en viennent à réduire leur consommation d’essence et de lubrifiant, et donc logiquement leurs émissions polluantes. Par ailleurs, la réponse du moteur est optimisée et adoucie sur toute la plage de régime, tandis que les risques de serrage sont réduits grâce à une lubrification plus efficace.

Ce système permet également de réduire les coûts de 50% par rapport à une injection indirecte classique, selon Dell’Orto.

Et Daniel dans tout ça ?

Aprilia RS RSi 125 injection video

L’expérimentation de Daniel se veut plus ambitieuse que le carburateur piloté électroniquement. Un système d’injection indirecte permet d’agir à la fois sur la quantité d’air et celle d’essence admises, et donc des réglages plus fins.

De plus, le bonhomme ne manque pas d’idées, comme nous le verrons dans la troisième partie de ce reportage. Allons-y de quelques révélations pour remercier ceux qui ont eu le courage de lire cet article jusqu’au bout : le prototype RSi de Daniel embarque un second injecteur dans la boîte à air, ainsi qu’un dispositif d’arrêt d’alimentation en carburant quand la poignée des gaz est relâchée, abaissant la consommation et provoquant un effet des plus intéressants, outre le gain en consommation d’essence.

Mais cela, vous le saurez la prochaine fois…

Vous avez aimé cet article ? Partagez le sur Facebook Merci beaucoup !

Tags associés : , ,

Commentaires pour Aprilia RSi 125 injection, le contexte : DiTech, ECS [part. 2]

8 commentaires sur le forum dont voici les derniers :

outlaw47 : le 04/03/2009 à 12h03
outlaw47

Article fort intéressent qui ma fait découvrir l'injection d'on je ne connaissait pas le fonctionnement.
Toxic² : le 04/03/2009 à 12h03
Toxic²

Tout simplement GE-NI-AL :bave:
500cr man : le 04/03/2009 à 12h03
500cr man

2 temps injection?? Je suis preneur, si l'on pouvais retrouver les joies du "two strokes" ça serai géniale!!!! :lol: :super:
canal : le 04/03/2009 à 12h03
canal

J'ai tout lue ! Va y Daniel fait nous rêver !! 3ème partie viiite
Nikolas974 : le 04/03/2009 à 14h03
Nikolas974

J'ai également tout lu ! lol Mais sérieusement, très bon article et idée ! à suivre avec intérêt. ça serait bien qu'un constructeur reprenne son idée (s'il elle n'a jamais réellement était essayée).
Farfe : le 05/03/2009 à 22h03
Farfe

Génial !!
Moi qui adore m'instruire sur les différentes techniques qui permettent de faire rouler nos engin, cet éclairage sur l'injection tombe à pic !!

Pour ce qui est du projet, c'est très respectable, bonne idée et bravo à lui !!
freesk : le 06/07/2009 à 08h07
freesk

Petite erreur dans l'article et bonne nouvelle en même temps !

L'Aprilia RS 250 ditech existe bien et fonctionne parfaitement !
Je vous invite à lire cet article :

http://twostrokemotocross.com/2009/06/two-...es-strike-back/

Il semble que Aprilia soit loin d'avoir abandonné le 2T. J'ai par ailleurs lu quelque part, que les prochaines 125cc de chez Aprilia seront à injection directe (ditech).

Longue vie au 2T et à Aprilia !

Pour consulter tous les commentaires sur Aprilia Rsi 125 Injection, Le Contexte : Ditech, Ecs [Part. 2] ou déposer le votre ...

Aprilia Rsi 125 Injection, Le Contexte : Ditech, Ecs [Part. 2]